Les Livres neufs des éditions de

Chaque années, quelques milliers de livres nouveaux viennent garnir les devantures des librairies, sollicitant l’attention par tous les moyens : parmi ceux-ci, une douzaine seulement valent la peine d’être lus…

Nous avons ici établi une présélection afin de vous aider à canaliser votre choix, et c’est notre manière de contribuer à les faire connaître pour ce qu’ils sont : de bon livres.

Livres neufs, livres d'occasion, livres anciens ou livres rares, vous attendent dans ces pages.

Depuis la parution de deux ouvrages magistraux traitant d’alchimie – Le Mystère des Cathédrales, puis Les Demeures Philosophales (chez Jean Schémit, libraire-éditeur, 52 rue Laffitte, 75009 Paris - 1926, puis 1930) – certains des amateurs de la noble Science se sont penchés sur la personne du – ou des scripteurs – se dérobant sous le pseudonyme de leur auteur, Fulcanelli. C’est ainsi qu’à ce jour, plus d’une vingtaine de prestigieux candidats ont été avancés par divers ‘chercheurs’, sans pour autant définitivement pouvoir être identifiés à cet homme d’un savoir et d’une générosité hors du commun, semblant pourtant fort connu à son époque. Tordant les éléments factuels du côté de leurs opinions déjà faites et omettant certains faits et aspects, ces personnes ont ainsi démontré leur inaptitude pour la science : ni capacités d’observation, ni patience, ni ténacité, ni entendement ou intuition – et pas davantage de morale – ne sont leurs apanages. Chaque année voyant hélas paraître des enquêtes orientées, tendancieuses, dépourvues de rigueur et le plus souvent irrespectueuses, donnant à la fois une piètre idée de ces amateurs d’enquêtes – ce qui est sans gravité ni conséquences – et de l’alchimie elle-même, ce qui est plus gênant, nous nous sommes trouvés comme contraint à prendre la plume… Aucun des ‘Fulcanellisables’ avancés n’ayant pu totalement satisfaire aux critères encadrant cette identification – très peu nombreux, certes, et qui plus est relativement incertains, car hormis les indices laissés dans ces deux splendides ouvrages par l’auteur (les auteurs (?) lui (eux)-même(s), puis ailleurs par son digne et laborieux préfacier, Eugène Canseliet (1899-1982) –, il n’a pas été possible à ce jour d’établir avec assez de sûreté l’identité du savant scripteur inconnu – des inconnus ? – signataire(s)… Cette enquête reste ouverte… Mais se clot avec le présent ouvrage !

Certes, la perspective de livrer au public ce patronyme aimé et voulu inconnu fut âprement débattue en nos âme et conscience, mais le fait de pouvoir rendre l’hommage mérité à ce merveilleux et généreux homme, et l’envie de le soustraire enfin aux vilénies dont il a été accablé depuis si longtemps par un si grand nombre, nous aura motivé et encouragé à passer outre à sa propre demande, pour le bien de tous, le sien, et celui de l’Alchimie. Etant de la parentèle de l’unique auteur réel et vrai des célèbres ouvrages édités sous le désormais prestigieux pseudonyme – ainsi que le Lecteur pourra le vérifier au fil de son avancée –, nous n’avons pas eu à chercher longtemps l’identité de ce savant révéré, précieux et si rare, dont le nom civil exact n’a toujours pas été rendu public : nous n’avons eu qu’à attendre… son 175ème anniversaire !

De Paul Lecour (dit Paul Le Cour, 1887-1954), qui n’en fut pas très éloigné grâce à Pierre Termier, géologue membre de l’Institut passionné d’Atlantide, de l’active et consciencieuse Geneviève Dubois au disert Jean-Claude Allamanche, qui ne l’ont cependant pas même senti, en passant par le pourtant perspicace Walter Grosse et l’élégant et cultivé Jean Artéro, qui passèrent eux aussi à côté sans le discerner, ou encore le compulsif Richard Khaitzine et l’ambitieux Filostène, ou le romancier Henri Loevenbruck, ce sont des dizaines de ‘chercheurs’ qui ont ainsi échoué à percevoir quel prestigieux autant que savant homme se dérobait ainsi sous ce pseudonyme. Pourquoi ont-ils tous échoué, sans exception ?

Parce qu’ils ont notamment négligé d’étudier le style de la pensée directrice de l’écriture, pourtant si caractéristique, et l’engagement moral et religieux du scripteur, tenu à la plus stricte discrétion du fait de son très haut profil social et scientifique, extrêmement visible.

Ils ont aussi et surtout soigneusement ‘oublié’ d’analyser le contenu des découvertes providentielles de Jean Laplace (1951-1996) – héritage de M. Canseliet au plus estimé et actif de ses successeurs – relatives à l’ouvrage repris par Fulcanelli, Finis Gloriae Mundi, et les titres des chapitres de l’ouvrage, révélés en cette occasion. Ouvrage que nous possédons en entier évidemment

Nous offrons là non seulement un portrait de cet homme remarquable, d’un savoir et d’une générosité exceptionnels, mais aussi des preuves directes et factuelles de ce que nous avançons, ceci afin notamment de mettre un terme aux errements préjudiciables de ces pseudo-chercheurs ridicules, confondant le doigt avec la Lune, que cet auteur a pourtant montrée si charitablement et avec tant d’application et de précision, et pour enfin ouvrir en grand les chemins de la reconnaissance amplement méritée par celui grâce à qui l’Alchimie – spirituelle et matérielle, c’est-à-dire vraie car complète – est devenue désormais accessible et universellement partagée : contemporaine…

En bref, ne peuvent en aucuns cas être Fulcanelli, les personnages suivants :

Eugène Canseliet (1899-1982), alchimiste et préfacier des ‘Fulcanelli’ (Canseliet et Fulcanelli ne seraient qu'un même homme, selon ce qu’en écrivit l'académicien Goncourt André Billy dans Le Figaro littéraire du samedi 21 septembre 1946 ; idem pour Paul Le Cour, Jean-Paul Dumont et nombre d’autres).

Jean-Julien Champagne (1877-1932), alchimiste et illustrateur (thèse de Robert Ambelain, de Jules Boucher, de René Adolphe ‘Aor’ Schwaller de Lubicz, de José Rodriguez Guerrero, etc.).

J-H Rosny Aîné (La Guerre du feu), pseudonyme de Joseph-Henry Boex, et ce pour un petit groupe de sympathisant des Amis de l’Atlantide, qu’il fréquentait à l’occasion…

René Adolphe ‘Aor’ Schwaller de Lubicz (1887-1961), le pharmacien et égyptologue : selon les thèses de Jacques Bergier et de Geneviève Dubois ;

Pierre Dujols de Valois (1862-1926), l’érudit libraire et hermétiste – encore Mme Dubois – ;

François Jollivet-Castelot (1874-1937), créateur et président de la Société alchimique de France ;

Charles de Lesseps (1840-1923) ou son frère,

Matthieu-Pierre de Lesseps (1870-1953), ou d’autres membres de cette famille très étendue (Jean Laplace et Jean-Claude Allamanche) ;

Alexis de Sarachaga (1840-1918) ; le baron mystique de Paray-le-Monial, lui aussi dans la mouvance des Amis de l’Atlantide…

Pierre Dujols, Jean-Julien Champagne, et Eugène Canseliet, formés en un collectif d’auteurs (thèse de Geneviève Dubois) ;

Camille Flammarion (1842-1925), l’astronome grand amateur de parapsychologie – selon l’historien Frédéric Courjeaud ;

Alphonse Jobert (1854-1918), selon Richard Khaitzine ;

le comte Hilaire de Chardonnet (1839-1924), pour Christer Böke et John Koopmans, qui se basent sur les indications de Canseliet faisant de Fulcanelli un homme d'origine aristocratique, et que les recherches de Chardonnet sur la rayonne rapprocheraient cabalistiquement des Rayons du Soleil (Fulcanelli = Vulcain/Hélios).

François Levet (1850-1913) (ou Valet sous son pseudonyme) ; commandant du Génie qui, d’après l’EspagnolLuis Miguel Martinez Otero, serait un érudit cryptographe ayant entretenu une intense relation épistolaire avec

Claude-Sosthène Grasset d'Orcet (1828-1900), un autre cryptophile expert dont parle très brièvement Eugène Canseliet dans sa première préface des Demeures philosophales.

Jules Violle (1841-1923), physicien – thèse de Patrick Rivière Paul Decœur (1839-1923), ingénieur et polytechnicien, proposition de Walter Grosse, suivi de ses thuriféraires et imitateurs : Nicodème, Filostène, etc.

Léon Fould (1839-1924), ultime proposition due au talentueux romancier Henri Lœvenbruck…

Pourquoi ? Parce qu’aucun de ceux-ci ne remplissent les critères :

Né en 1839 de haute condition : il est comte…

Nanti de très imposantes capacités culturelles et scientifiques :

Major à Polytechnique, à l’Ecole des Mines, ayant reçu de très nombreuses distinctions partout, tant en France qu’à l’étranger…

Bénéficiaire de l’indépendance et de la liberté nécessaires pour de telles études : sa biographie en témoigne abondemment…

et enfin, possesseur évident d’un style rédactionnel que marquent la clarté, la précision, l’élégance et la modestie : il suffira d’en lire les exemples donnés…

une réelle érudition dans de très nombreux domaines : les exemples proposés sont largement suffisants pour une telle identification, aussi complète qu’absolue et indéniable…

Un livre réellement exceptionnel (321 pages et illustrations), qui explique en partie la trajectoire du film LRDP (La Révélation des Pyramides), pour 28 € transport compris…

Commander ici :

Ou télécharger et imprimer le bon de commande