De la Sainte Opération naturelle
pour faire la Pierre des Sages

Pierre de La Borde


commander

e très bref ouvrage, tout comme son auteur, le signataire Pierre de La Borde, est totalement inconnu des catalogues recensant les ouvrages d’alchimie. Il est pareillement ignoré des grands recueils classiques. Aucune somme historique n’en fait mention. Pis ! Hormis Fulcanelli, pas un auteur, connu ou non, n’en parle… Et pourtant !

Voici un exposé pratique d’une grande simplicité et d’une grande densité, clair, limpide et sincère, aussi succinct que direct : on n’y trouve aucune tournure cabalistique, pas une seule figure tropologique à la mode des écrivains du genre, pas d’emblèmes ou d’allégories, pas davantage d’exhortation au secret, sinon à la prudence, et tous les noms utilisés désignent bel et bien les matières et les quantités à mettre en œuvre, et à quels moments, les appareils à utiliser, la durée et l’intensité des coctions, les effets et réactions des matières, etc. 

Là, aucune citation ou extrait des anciens Maîtres, quels qu’ils soient, pas d’opinion sur tel ou tel aspect de leur pratique, les avantages de telle ou telle lecture, aucune référence quelle qu’elle soit, aucun texte étranger à la pratique, qu’il soit dogmatique ou philosophique, ou encore didactique ; rien n’apparaît pour alourdir la prose claire, nette, et honnête, de ce scripteur inconnu ; aucun emprunt, aucun larcin, rien que de lui-même et tout de sa propre expérience.

On remarquera avec intérêt qu’une fois de plus, l’antimoine est engagé dans l’opération qui, à l’aide du fer, en fera un régule martial étoilé… La seule difficulté de cette pratique, semble-t-il, est de pouvoir se procurer le Flos Coeli qui entre dans la réalisation de la troisième partie de cette Sainte Opération Naturelle pour faire la Pierre des Sages : pour le reste, nous gageons que chacun trouvera facilement les moyens de se débrouiller et d’improviser avec ingéniosité.

Un dernier mot : quelle que soit la valeur, très certaine, de ce texte, il conviendra cependant de ne pas négliger la lecture des grands classiques de l’alchimie, et de les lui comparer afin de correctement appréhender et interpréter le processus philosophique qui se cache derrière ces lignes, d’une vérité et d’une franchise jusqu’à ce jour inégalées.

Car en effet, ce très bref texte est à ce jour le plus sincère qui soit parvenu à notre époque : il fallait pour cela que nous l’éditions et le diffusions aussi largement que possible