commander

Le Livre des laveures
Nicolas Flamel
 
*

t aussi il a vertu efficace sur toutes autres médecines des médecines et guérit toutes infirmités tant en chaudes qu'en froides maladies. Pour ce qu'il est d'occulte et subtile nature, il conserve la santé et enforce la vertu. Du vieil il fait jeune et reboute du corps toute maladie, et ôte le venin du cœur, et ramollit les artères, et dissout les choses contenues au poumon, et le navré guérit et console. Il mondifie le sang et purge ce qui est contraire es spiritualités. Et quand ils sont nets il les conserve. Et si la maladie est d'un mois il la guérit en un jour, et celle d'un an il la guérit en douze jours. Et si elle est très ancienne et de long temps il la guérit en un mois. Et pour ce n'est mie sans cause si cette médecine est requise sur toutes autres médecines, car, qui l'a, il a le trésor incomparable. Cher ami vous avez d-dessus par pratique comme la projection se fait un poids sur cent de mercure de corps rectifié. Et tout se fait médecine. Et qu'un poids desdits cent encore sur autres cent parties du pareil mercure est toute méde­cine. Et puis un poids de la dessus-dite médecine ainsi multipliée s'il chert sur cent parties de mercure lavé il multipliera toujours. Vous devez savoir qu'est ce mercure lavé sur lequel l'on fait projection pour le convertir en or ou en argent. Sachez que quand vous aurez multiplié votre médecine en vertu et en quantité et d'icelle vous voulez faire projection sur mercure vous le devez préparer et laver en cette guise. C'est à savoir en la manière qu'il a été dit au commencement de la pratique jusqu’à la seconde laveure jusqu’à tant qu'il soit purifié et lavé de toute sa terre scorieuse et noire. Car il est transmué de froid en chaleur et plus approche à nature de métal que n'est le mercure cru. Et de ce mercure si vous en pouvez faire grande foison en plusieurs fioles tout en une fois en un fourneau à bain en la manière qui est dite en la première laveure au commencement de la pratique. Pour ce donc que de tous les régimes avons traité avec toutes les causes suffisantes. Reste en bref récapituler toute la maîtrise afin de la retenir en mémoire. Je dis donc que toute l'intention de tout le souverain ouvrage n'est autre chose que de prendre la pierre connue par les chapitres dessus-dits. Et continuer sur ladite pierre l'ouvrage de sublimation du premier degré afin qu'elle soit mondifiée et nettoyée de toute ordure. Et puis après avec ce qui est dissolu soit subtiliée la terre blanche ou rouge jusqu’à tant que matière vienne à la dernière subtilité. Et au dernier soit faite volatile. Puis après soit fixée avec les manières de fixer jusqu’à tant qu'elle demeure en l'âpreté du feu. Et puis après la pierre fixe avec la partie non fixe gardée par manière de sublimation et de solution soit faite volatile. Et puis fixe. Et derechef le fixe soit fait volatil. Et aussi derechef le volatil fixe jusqu’à tant qu'il fonde comme cire. Et puis altérer en infini Soleil et Lune. Et en ceci est accompli le secret très précieux qui est en ce monde ici le plus grand secret. Et le trésor de tous les Philosophes. Ce présent livre est et appartient à Nicolas Flamel, de la paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie, lequel il a écrit et relié de sa propre main.