Introduction à la Philosophie de Platon
Alcinous

 
commander


omment ne pas trouver ici ce que l’on chercherait vainement dans les ouvrages modernes, et dans ces domaines réputés difficiles, compte tenu de ces quelques chapitres aussi généreux que clairs ? Qu'est-ce que la philosophie ? Quelles sont les qualités dont un philosophe doit être doué par la Nature ? La philosophie préfère-elle la contemplation à l'action ? Le philosophe doit s'appliquer à trois choses : à la contemplation, à la morale et à l'art du raisonnement. De la forme judiciaire, et des forces de l’âme relatives à cette faculté. Éléments et fonctions de la dialectique. Division des propositions et des arguments en leurs espèces. Différence des sciences spéculatives. De la matière première. Des idées et de la cause efficiente. Comment on définit l'idée de Dieu, et par quel chemin on y arrive. Les qualités sont-elles incorporelles. Des causes de la génération, des éléments, et de l'ordre du monde. Du monde et de la convenance des formes avec les éléments du monde. De l’âme du monde, des sphères, et des étoiles. Des démons et des éléments. Les dieux les plus jeunes sont ceux qui ont fait l'homme. Du corps, des membres de l'homme, et des forces de l’âme. De la vue, de la lumière, et des images réfléchies. Des autres sens, et de leurs objets. Du pesant et du léger. De la respiration. Des causes des maladies. Des trois principales propriétés de l'âme. De la distinction des parties de l’âme. De l'immortalité de l’âme. Du destin et du libre arbitre. Du bien, du souverain bien, et de la vertu. Définition et distinction de la vertu. Des vertus, des vices, et de leurs différences. Comment la vertu est volontaire, et la méchanceté involontaire. De l'amitié. Des passions. Des espèces de république. Du sophiste… Tout cela est tellement bien rédigé – clair et digeste – que l’on ne peut, au terme de lectures renouvelées, qu’apprécier tant la philosophie, ses questions et ses réponses, sa finesse et sa subtilité constructive, que les philosophes – Platon en tête –, pour leurs efforts et la qualité et la force utile de leur pensée, qu’elle soit naturaliste, médico-hygiéniste, morale, politique, et les très nombreux sujets qui la constituent. Ce petit livret, à lui seul, pourrait renouveler l’horizon des timides et des discrets de la philosophie, et renforcer singulièrement leurs structures dans l’ensemble de la pensée occupée à déchiffrer le monde d’un Créateur rendu accessible…