Nouvelle Planète N°1 : Spécial Egypte Ancienne


commander

 
      AU SOMMAIRE

  • Avant-propos
  • Edito : L’Egypte ancienne, le pays des paradoxes
  • S’orienter et rectifier
  • Passé, présent et avenir
  • Les sciences traditionnelles
  • Ma-khrôn, le juste de voix
  • Etude de la Table d’Emeraude d’Hermès Trismégiste
  • Qui était Djehouty-Thoth-HermèsMercure ?
  • La Sagesse de Ptah-hotep (Première partie)
  • Introduction à l’astronomie
  • Des planeurs dans le ciel de l’ancienne Egypte ?
  • Sur la Langue des Oiseaux
  • La Magie : étymologie et nature
  • Yoga en Inde et dans l’ancienne Egypte
  • Anciens Egyptiens dans le Nouveau Monde ?
  • Quelques pas au pays du Bennou lumineux
  • La doctrine des Quatre Eléments
  • De la nature de la philosophie selon les Anciens

 Edito : L’ancienne Egypte, le pays des paradoxes

Paradoxalement, il ne reste de l’Egypte ancienne que ses plus grandes réalisations matérielles, que tous peuvent voir, et ses plus grandes conceptions spirituelles, que presque personne n’a pu saisir : nous tenterons, au fil de nos numéros, d’approcher et de rapprocher ces extrêmes par tous les moyens… et de faire ainsi de la véritable égyptologie, et non de présenter ce long corps voulu exsangue comme une momie ratatinée par le sable et les siècles…

Des énigmes du gigantisme – grandes pyramides, Colosses de Memnon, obélisque couché d’Assouan –  aux énigmes du Nombre – Pi et son aimable collègue Phi le Nombre d’or – et de la géométrie – cercles, carrés et rectangles –, des mystères de la forme aux mystères de la fonction – le curieux disque de Sabu et les étranges cuves d’Abou Gourab –, en passant par l’étrangeté des récits périphériques mais au fond si proches du Graal, des Templiers ou de Marie-Madeleine, nous rapprocherons les documents, les faits, les remarques et les idées – sans oublier les opinions –, parmi lesquels se trouvent encore nécessairement les bribes les plus utiles de ce qui reste de la brillante, de la profonde, et l’indispensable Egypte…

Certes, cela pourra ressembler à un Inventaire à la Prévert, mais c’est souvent par d’étonnants rapprochements analogiques, des comparaisons spontanées et intuitives, que la science à opéré ses plus belles avancées : il n’y a rien là qui doive choquer l’honnête homme ou les scientifiques puisque, comme le rappelle le mathématicien Marcel Boll (1886-1958) :

« Le fondement de toute vérité mathématique, c’est l’analogie. »

Ce qui tombe bien puisque, selon Platon :

« L’analogie est l’ampleur du Logos. »

Et que, comme l’affirme George Leclercq, comte de Buffon :

« Comme nous ne connaissons rien que par comparaison, dès que tout rapport nous manque et qu'aucune analogie ne se présente, toute lumière fuit.»

C’est là l’opinion de La Nouvelle Atlantide, et ce, depuis sa fondation même…