EDITORIAL : L’Affaire Jésus : l’inconnu le plus célèbre de l’Histoire … 

 Nouvelle Planette N°5


Le sujet que nous abordons concerne un minimum d’environ deux milliards de personnes dans le monde (source Wikipedia), des chrétiens certes, mais aussi − quoi que peut-être plus accessoirement −, quelques centaines de millions de musulmans et quelques dizaines de millions de juifs, qu’ils soient Israéliens, Falashas, Ashkénazes, Sépharades ou non…

Malgré des dizaines de milliers d’études, de livres, d’articles et des centaines de films, Jésus reste le plus illustre des inconnus, et − face à lui − demeure une immensité d’incertitudes…
Selon Victor Hugo, Jésus serait la plus grande part de Dieu dans l’homme et la plus grande part de l’homme dans Dieu… Mais, en écrivant « La Rédemption, c’est Dieu Juste faisant souffrir Dieu Innocent pour apaiser Dieu Bon… », le même Victor Hugo montre aussi − en quelques mots très profonds et d’une pertinence impertinente supérieure − le caractère quasi incompréhensible du dogme moral au centre du christianisme…

Jésus − question cruciale − a-t-il même existé ?
Alors, de qui et de quoi parle t-on : qu’en est-il vraiment ?
Actuellement, et malgré de nombreuses affirmations contraires, aucune preuve factuelle indubitable − ou d’indices historiques concrets sérieux et irréfutables − ne vient confirmer ou infirmer l'existence de Jésus de Nazareth… ou Jésus de Bethléem !
Ce qui est sûr, en revanche, c’est que Jésus passe pour être à la naissance d’une nouvelle religion… C’est ce qui est dit !
Mais on se questionnera légitimement ainsi : Jésus a-t-il créé le christianisme ou le christianisme a-t-il créé Jésus ?
Aucun chrétien ne saurait se passer d’une enquête historique approfondie autour de Jésus, dès lors qu’il croit que celui-ci est le fils unique de Dieu incarné parmi les hommes, ayant vécu avec eux et souffert de leurs souffrances… mais sans procréer !
Jésus n’est donc pas seulement un concept religieux, entre temps et espace, ou entre Terre et Ciel ; c’est aussi peut-être une personne de chair et de sang, ayant vécu parmi les hommes et dans l’Histoire : c’est du moins ce qu’il faudrait parvenir à démontrer, et pour cela, il faut au moins le tenter !

Alors, que disent vraiment les textes en ce sens ? Et que donnent la réflexion et la documentation en hors piste ?
Sont-ce des aperçus purement religieux ou exclusivement symboliques ? Sont-ils en accord avec l’Histoire et la science ? Et jusqu’où ? Pourquoi la parole de Dieu – dont on ne sait rien hormis des assertions invérifiables – est-elle le plus souvent envahie de légendes humaines, et la pratique religieuse recouverte de comportements trop humain elle aussi ?
Les exégèses philologiques sont-elles vraiment fiables, ou ne révèlent-elles − elles-aussi − que les orientations religieuses, philosophiques et dogmatiques de leurs auteurs ?
Que disent l’archéologie et l’étude scientifique des reliques ?
Ce qui est aussi sûr, c’est que Jésus semble être l’individu qui a fait faire aux hommes – peut-être malgré-lui, et si toutefois il a existé – le plus grand pas collectif vers le divin dans l’histoire de l’humanité... Et qu’il reste d’importantes questions :

CHRÉTIEN, POURQUOI CROIS-TU CE QUE TU CROIS ?
EN QUELLE PERSONNE PEUX-TU CROIRE, ET POURQUOI ?

*****